Bible et calendrier
Bible et calendrier
PREFACE BIBLE ET CALENDRIER
I. NOTIONS PRELIMINAIRES
1. METHODOLOGIE BIBLE ET CALENDRIER
2. UN NOUVEAU CALENDRIER TRES ANCIEN
3. DES CALENDRIERS
4. UN LUSTRE
5. DU VENT DANS LES VOILES
II. RE-DATER LA MORT DE JESUS
1. LA CRUCIFIXION A-T-ELLE EU LIEU LE 7 AVRIL 30 ?
2. RECONSTITUTION D'OBSERVATIONS LUNAIRES ANCIENNES
3. LA PAQUE ETAIT UN SAMEDI
4. LE NOUVEL-AN ETAIT UN SAMEDI
5. SOLUTION LUNAIRE UNIQUE
6. LA LONGUE PREDICATION DE JEAN-BAPTISTE
7. RELECTURE D'UNE PROPHETIE
8. VOILA 46 ANS QUE L'ON BATIT LE TEMPLE...
9. DU COTE DE CESAR
10. "EXIT" PILATE GRANDES MANOEUVRES A L'EST
11. LES VOYAGES DE PAUL
12. JESUS AVAIT ENVIRON 30 ANS
13. CONCLUSIONS
III. LE CALENDRIER DU SECOND TEMPLE
1. QUEL CALENDRIER A L'EPOQUE DU 2nd TEMPLE ?
2. DE L'IMPORTANCE DES ANNEES JUBILAIRES
3. RECONSTITUER LE CALENDRIER ANTIQUE
4. DU BON USAGE DE FLAVIUS JOSEPHE
5. L'ERE DE LA CREATION DU MONDE
IV. CONCLUSION
V. ANNEXES
PROPOS TERMINAL

II. RE-DATER LA MORT DE JESUS



   

1. LA CRUCIFIXION A-T-ELLE EU LIEU LE 7 AVRIL 30 ?



C'est en effet la date généralement avancée de nos jours pour cet évènement bientôt bimillénaire.

Cependant, on peut douter de son exactitude, les motifs d'insatisfaction étant de divers ordres que nous examinerons ci-après.

Auparavant, il faut remonter aux sources de l'information sur cet événement. Ce sont essentiellement des documents littéraires : les 4 évangiles et les actes des apôtres, et les ouvres de l'historien juif du 1er siècle : Flavius Josèphe, principalement : "La Guerre des Juifs" (G.J.) et les" Antiquités Judaïques" (A.J.).

Ces écrits donnent des indications temporelles par rapport à des jours de la semaine, des fêtes religieuses, des années particulières dans un cycle connu, des années de règne de personnages identifiés par ailleurs.

Ils font aussi état de phénomènes astronomiques, éclipses, comètes, et même tremblement de terre qui sont autant de repères bien datés, soit par les textes antiques, soit par des calculs modernes.

Enfin, ces écrits font référence parfois à des prophéties antérieures tirées de textes bibliques.

C'est la confrontation et le recoupement du plus grand nombre de ces indices - et non de quelques uns seulement - qui permet d'étayer le raisonnement, permettant d'affirmer l'exactitude d'une date avec une très forte probabilité.

Signalons rapidement quelques points de discordance qui jettent le trouble quant à la véracité de la date du 7 avril 30 pour la mort de Jésus.

-   D'après les calculs astronomiques modernes relatifs aux phases de la lune qui conditionnent la date de Pessah (la Pâque Juive), ce vendredi 7 avril est le lendemain de Pessah, en contradiction avec les évangiles de Jean (Jn 19,31) et de Mathieu (Mt 26,5) qui situent la crucifixion avant la fête de Pessah qui était un samedi cette année là.

  Ce ne peut donc être en 30 où Pessah est un jeudi.

-   En Actes 2,16, l'apôtre Pierre dit que la prophétie de Joël est réalisée.

Citons le prophète d'après la version de la septante Jl 3,15 : "la lune sera couleur de sang avant que vienne le Jour du Seigneur, grand et manifeste." Il est connu que la lune prend une teinte rougeâtre au moment d'une éclipse, ceci est dû à la réfraction des rayons du soleil à travers l'atmosphère terrestre (comme au coucher du soleil).

Ce sera particulièrement le cas si l'éclipse a lieu au moment du lever de la lune (ou de son coucher) car l'épaisseur d'atmosphère traversée est maximale.

Or il se trouve qu'il y eut à Jérusalem 2 éclipses de lune visibles à son lever, le 3 avril 33 et le 31 janvier 36 au crépuscule.

Et par extraordinaire ces deux dates sont des fêtes religieuses en Israël :
-   le 3 avril 33 c'est Pessah : la Pâque, fête de pèlerinage
-   le 31 janvier 36 c'est : Tu Bi Chevat, la fête des arbres qui symbolise le renouveau de la vie après l'hiver.

C'est dire que ces pleines lunes étranges, cuivrées et incomplètes ont dû être vues par beaucoup de monde, et que l'apôtre Pierre ne parle pas dans le vide et ravive des souvenirs proches, nettement postérieurs à l'année 30.

-  Flavius Josèphe dans la version slavonne de la Guerre Juive2 relate qu'un homme qui ressemble fort au Jean-Baptiste des Evangiles a survécu à Hérode Philippe lequel d'après les Antiquités Judaïques (AJ 18, 106-107) mourut la vingtième année du règne de Tibère donc en 34.
 Ceci conduirait pour Jésus qui est mort après Jean-Baptiste selon les Evangiles (Mc 6, 14-16 ; Mt 14, 1-2) à une crucifixion vers la fin du préfectorat de Pilate, au plus tard en 36.

Donc, que ce soit au plan astronomique, prophétique ou historique, la date du 7 avril 30 est contestable et la question mérite d'être réexaminée.

2 Cf. Flavius Josèphe - L'homme et l'historien p. 206 de Henry Thackeray - Edition du Cerf - Paris - 2000
Pour contacter Mr LOUBRIAT cliquer ici