Bible et calendrier
Bible et calendrier
PREFACE BIBLE ET CALENDRIER
I. NOTIONS PRELIMINAIRES
1. METHODOLOGIE BIBLE ET CALENDRIER
2. UN NOUVEAU CALENDRIER TRES ANCIEN
3. DES CALENDRIERS
4. UN LUSTRE
5. DU VENT DANS LES VOILES
II. RE-DATER LA MORT DE JESUS
1. LA CRUCIFIXION A-T-ELLE EU LIEU LE 7 AVRIL 30 ?
2. RECONSTITUTION D'OBSERVATIONS LUNAIRES ANCIENNES
3. LA PAQUE ETAIT UN SAMEDI
4. LE NOUVEL-AN ETAIT UN SAMEDI
5. SOLUTION LUNAIRE UNIQUE
6. LA LONGUE PREDICATION DE JEAN-BAPTISTE
7. RELECTURE D'UNE PROPHETIE
8. VOILA 46 ANS QUE L'ON BATIT LE TEMPLE...
9. DU COTE DE CESAR
10. "EXIT" PILATE GRANDES MANOEUVRES A L'EST
11. LES VOYAGES DE PAUL
12. JESUS AVAIT ENVIRON 30 ANS
13. CONCLUSIONS
III. LE CALENDRIER DU SECOND TEMPLE
1. QUEL CALENDRIER A L'EPOQUE DU 2nd TEMPLE ?
2. DE L'IMPORTANCE DES ANNEES JUBILAIRES
3. RECONSTITUER LE CALENDRIER ANTIQUE
4. DU BON USAGE DE FLAVIUS JOSEPHE
5. L'ERE DE LA CREATION DU MONDE
IV. CONCLUSION
V. ANNEXES
PROPOS TERMINAL

II. RE-DATER LA MORT DE JESUS



   

10. "EXIT" PILATE GRANDES MANOEUVRES A L'EST



La conjecture développée jusqu'à présent suppose bien évidemment que Pilate soit toujours en fonction à Pessah 36.

Que dit Flavius Josèphe à ce sujet ?

On lit dans les « Antiquités Judaïques » (A.J. XVIII-89) « que Vitellius a envoyé Pilate s'expliquer devant Tibère sur ses méfaits avant une visite à Jérusalem pour la Pâque ».

De quelle année s'agit-il ?
La réponse nous est donnée en (A.J.XVIII 89) où l'on apprend que : « Pilate est arrivé après la mort de Tibère ». Cette mort est bien datée par les historiens au 16 mars 37.
C'est donc en 37 que Pilate quitte la Judée car le voyage à Rome par mer durait de 15 jours à un mois.

Donc Pilate était toujours préfet de Judée pour les fêtes de Pessah 36.

De quels méfaits s'agit-il ?
On connaît - toujours par Flavius Josèphe - au moins deux exactions notoires de Pilate en Judée.

-  (A.J. XVIII 55-59) : A son entrée en fonction en 26 où il introduit à Jérusalem des enseignes à l'image de César, ce qui provoque une révolte des Juifs, sévèrement réprimée (avec ruse).
-  (A.J. XVIII 60-62) : Lorsqu'il pille le « Korban », le trésor du Temple pour faire réaliser une adduction d'eau à Jérusalem.


On ne connaît pas la date de ce deuxième forfait mais la version slavonne de la guerre des Juifs10, dans une insertion après GJ II-9-174 place cet événement à la suite de la crucifixion d'un "thaumaturge" qui ne peut être que Jésus, eu égard aux circonstances décrites. Cela suggère donc un scénario qui pourrait être celui-ci :
Pilate, furieux d'avoir dû céder aux pressions des chefs religieux, lors de la Pâque 36, prend prétexte d'une pénurie d'eau pendant l'été, pour s'emparer du trésor du Temple, à titre de revanche ?

En effet, on connaît11 (Ta'anit 19b 20a) des tractations entre Naqdimon ben Gourion et l'autorité romaine pour négocier l'eau des piscines réservées aux romains au moment des fêtes de pèlerinages. Il y avait donc bien un problème d'alimentation en eau l'été à Jérusalem.

Devant les plaintes, suite à une répression brutale par Pilate de l'agitation populaire, consécutive à ce pillage, le légat impérial, Vitellius, révoque le Préfet de Judée en fin d'année 36 et l'envoie se disculper devant l'empereur Tibère dès la réouverture de la navigation début mars 37*

En effet la politique constante de l'Empire romain était de respecter les minorités dans leurs institutions d'autant plus que la religion juive était déclarée "licite".

C'est la vacance de l'autorité romaine locale et la turbulence du peuple qui obligent Vitellius à revenir à Jérusalem pour Pessah 37 afin de montrer sa détermination à ne tolérer aucune réitération des troubles de l'année précédente.

Ce scénario a l'avantage de fournir trois informations qui nous faisaient défaut jusqu'à présent :
-  La date du pillage du « Korban » en l'an 36
-  Le pourquoi du renvoi de Pilate, conséquence de ce pillage, lui-même séquelle de "l'affaire Jésus", ce que laisseraient sous-entendre certaines traditions orientales.
-  La justification de la venue de Vitellius à Jérusalem deux années de suite.

GRANDES MANOUVRES A L'EST


D'après Flavius Josèphe, après la mort de son demi-frère Philippe en 34, Hérode Antipas s'était épris de sa femme Hérodiade.
Cela lui fut véhémentement reproché par Jean-Baptiste, lequel fut emprisonné à Macheronte et occis (AJ 18,47) vérifiant ainsi la prophétie de Daniel 9,26 : " Après un lustre, un Oint sera retranché" soit 5 ans après la quinzième année de Tibère César (20 août 28 à 20 août 29) début de sa prédication selon Lc 3,1.

D'autre part, Hérode Antipas vivait depuis longtemps avec la fille du roi nabatéen Arétas IV. Celui-ci devant l'affront de la voir revenir à Pétra déclara la guerre à Hérode et le vainquit en 35. Selon les Antiquités juives (AJ 18,117) Flavius Josèphe déclare : "De l'avis des juifs, c'est en vengeance de Jean-Baptiste que la catastrophe et arrivée à l'armée. Dieu voulait châtier Hérode".

Ces troubles aux frontières de l'empire romain entraînèrent une riposte des légions aux ordres de Vitéllius, légat de Rome en Syrie, en 36 et jusqu'à la mort de Tibère début 37. Ainsi peut s'expliquer le passage à Jérusalem de Vitéllius deux années de suite manifestant son autorité à Hérode alors en disgrâce, ce qui rend compte de l'allusion à une réconciliation en Lc 23,12 : "Hérode et Pilate en ce jour même devinrent amis" au matin de la crucifixion, .qui décidément ne peut être ni en 30 ni en 33.

10 Cf THACKERAY - Flavius Josèphe : l'homme et l'historien p.213 Edtion du Cerf Paris 2000
11 Cf un homme nommé salut p. 154 J.GENOT-BISMUTH Edition Oeil 1986
* Sur le "mare clausum" cf J. ROUGE "Recherches sur l'organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l'Empire romain" Ed. S.E.V.P.E.N. Paris 1966 p. 32-33
Pour contacter Mr LOUBRIAT cliquer ici